2 min

Une retraite à l’étranger

Quand les rentes AVS s’expatrient

La Caisse suisse de compensation (CSC) gère les dossiers et verse les prestations aux retraités suisses qui vivent sous d’autres latitudes ainsi qu’aux personnes étrangères qui ont travaillé et cotisé à l’AVS Suisse. Quelques chiffres très précis émis par cette institution méconnue.

De nombreux Suisses choisissent de vivre leur retraite sous d’autres latitudes. Et plus nombreux encore sont les personnes qui retournent au pays une fois leur activité professionnelle en Suisse terminée. Dans ces deux cas de figure – trois si on y ajoute les citoyens helvétiques expatriés de longue date et qui eux aussi atteignent l’âge de la retraite – c’est la Caisse suisse de com­pensation (CSC), dont BDO effectue la révision, qui gère les dossiers AVS et verse les prestations dues aux assurés résidant à l’étranger.

AVS expatriés

Pour ce faire, cette institution sise à Genève se fonde sur les 51 conventions et accords bilatéraux conclus en matière d’assurance sociale. «Le versement des rentes dépend fortement de la situation politique des pays. La CSC recherche toujours des solutions en collaboration avec ses partenaires financiers et les assurés», explique Eva Gori, chargée de communication pour la CSC. En 2017 (derniers chiffres communiqués), ce ne sont pas moins de 898 800 rentes mensuelles qui ont ainsi été versées, dont quelque 123 800 à des retraités suisses résidant à l’étranger.
«Nos registres montrent que les citoyens suisses bénéficiant de l’AVS se sont établis dans pas moins de 182 pays! 59 % d’entre eux ont élu domicile dans un pays d’Europe: 26 023 vivent en France, 12 357 en Allemagne, 9729 en Italie et 7182 en Espagne», ajoute Eva Gori. Si les statistiques révèlent encore que 9065 seniors se sont envolés vers les USA, elles racontent également des destins qui se cachent derrière un tout petit chiffre. La Cité du Vatican, la Moldavie, la Mauritanie, le Vanuatu ou encore, entre autres, le Libéria et la Mongolie ont en effet en commun d’accueillir chacun un ou une unique ressortissant-e suisse retraité-e.

Histoire express

La CSC est une division de la Centrale de compensation (CdC). A la naissance de l’AVS, en 1948, cette dernière fut choisie pour gérer la comptabilité centrale et le registre central des assurés. Elle avait été jusque là au service des allocations pour perte de salaire aux militaires. La Caisse suisse de compensation, alors chargée d’appliquer l’assurance facultative des suisses à l’étranger, lui fut immédiatement rattachée.

Chiffres-clés

182
pays comptent des retraités suisses
12 357
retraités suisses en Allemagne
26 023
retraités suisses en France
7182
retraités suisses en Espagne
9729
retraités suisses en Italie
9065
retraités suisses aux USA
898 800
rentes men­suelles payées
123 800
retraités suisses à l’étranger

Guides et infos

La Département des affaires étrangères a publié un guide pratique «Prendre sa retraite à l’étranger» téléchargeable sous l’onglet «émigrer»:

L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) fournit quant à elle de nombreux services à ce qu’on appelle la «cinquième Suisse». Elle est en contact avec les Suisses de l’étranger, les représentations suisses à l’étranger, les clubs et sociétés suisses dans le monde, mais aussi les médias suisses et les parlementaires des Chambres fédérales. Elle fournit de nombreux conseils pour les personnes qui veulent émigrer, notamment aux person­nes retraitées.

«La France est la première destination des retraités suisses, avec 26 023 personnes enregistrées.»

France