4 min

La Mobilière

Flexibilité et design: une certaine idée du bien-être au travail

Un assureur assure. Oui, mais la digitalisation est passée par là. La Mobilière a redéfini sa stratégie et s’est façonnée un nouvel outil de travail: des bureaux pensés et aménagés pour permettre la flexibilité spatiale et temporelle de ses collaborateurs. Visite des lieux avec Nathalie Bourquenoud, responsable du département des ressources humaines.

Il y a clairement un avant et un après au siège de la Mobilière à la Bundesgasse de Berne. L’effet ressenti en avançant dans les espaces redessinés et réaménagés est puissant: des niches en bois pouvant accueillir jusqu’à six collaborateurs, aux sièges bleus capitonnés, plus loin une colonne où la machine à café trône, au-dessus d’une station de recyclage aux multiples entrées. Dans la grande pièce ouverte sur la droite, des oeuvres d’art côtoient les longues tables en bois brut sur lesquelles des écrans alignés définissent les places de travail à disposition des collaborateurs. Plus de murs ni de cloisons, mais des paravents aux couleurs translucides qui séparent les espaces de concentration des emplacements dédiés à la rencontre et au mouvement. «Il faut le voir pour le croire!» se réjouit Nathalie Bourquenoud, responsable des RH et cheville ouvrière de ces changements qui impactent les 2800 collaborateurs de la direction.

Glas du fonctionnement en silo

Avant? Le long couloir du quatrième étage, où les rénovations ne font que commencer, est semé de portes qui ouvrent sur des bureaux pouvant accueillir de 2 à 4 collaborateurs, attenant à celui – plus grand – du chef. Cette utilisation de l’espace répond à un organigramme très traditionnel où le développement d’un produit ou d’une ligne de service répond à des processus séquentiels – en silo, dans le jargon RH. Mais les rythmes imposés par la digitalisation demandent de nouvelles interfaces. «Nous sommes confrontés à un environnement toujours plus complexe, à des cycles de vie de produits de plus en plus courts et des changements rapides dans les besoins des assurés. En d’autres termes, nous devons, en tant qu’assureur privé, constamment innover », explique Nathalie Bourquenoud. Toute hiérarchie classique est ainsi rendue obsolète, l’heure est à l’interdisciplinarité.

Des espaces et des horaires flexibles

A nouvelles données, nouveaux aménagements. Des espaces de travail ouverts et collaboratifs, aux agencements astucieux, aux coloris élégants et aux matériaux de qualité répondent non seulement aux besoins de souplesse dans leur utilisation, mais également aux développements technologiques. «C’est pour moi la clé de ces transformations induites par la numérisation: les employés organisent leur temps de travail selon les besoins des projets où ils sont impliqués. Ils ne viennent plus au bureau pour répondre à leurs e-mails mais pour rencontrer les personnes de leur équipe», ajoute Nathalie Bourquenoud. Si la flexibilisation des horaires et la possibilité de travailler ailleurs ont été accueillies de manière positive par le personnel, Nathalie Bourquenoud ne cache pas que les réactions face aux réaménagements des bureaux et la dépersonnalisation des places ont été plutôt mitigées. «Il est très déstabilisant pour un collaborateur de ne plus s’asseoir quotidiennement face au même collègue. La disparition des armoires de rangement s’est également heurtée à des réticences. Nous avons, pour l’anecdote, mis sur pied des nettoyages de printemps sous forme d’ateliers pour accompagner les collaborateurs dans leurs peurs de trier et jeter leurs dossiers. Le plus dur est de faire changer les habitudes. Pour y arriver nous avons procédé par étape, en créant des groupes pilotes.»

Innovation: une culture radicalement autre

La Mobilière partage son processus d’innovation avec des partenaires extérieurs, des start-up et des instituts de recherche, comme avec l’EPFZ, par exemple. Cette stratégie apporte de nouvelles idées, permet de connaître les nouveaux besoins des utilisateurs et d’accéder à des experts. La responsable des RH n’hésite pas à parler «d’ancien et de nouveau monde» pour décrire la révolution culturelle qui a eu lieu au sein de la Mobilière ces quatre dernières années. «Je crois aux tests et à la motivation de l’humain à essayer. Mais une forte implication de la direction est indispensable. Notre CEO n’a plus de bureau privé, nous avons formé nos cadres aux manières de travailler dans un monde digital et à accompagner leurs équipes qui se gèrent et se disciplinent désormais sans leur contrôle!». Celles-ci sont-elles pour autant plus satisfaites? «Nous prenons régulièrement le pouls de nos collaborateurs et les retours sont encourageants: la communication est devenue plus souple et plus directe, la participation active aux projets valorise des compétences qui étaient jusque là trop canalisées. Les valeurs que nous défendons en tant que coopérative trouvent là toute leur cohérence!»

Les nouveaux espaces de travail ouverts et collaboratifs de la Mobilière

Les nouveaux espaces de travail ouverts et collaboratifs de la Mobilière

Nathalie Bourquenoud, responsable du département des ressources humaines de la Mobilière

Nathalie Bourquenoud, responsable du département des ressources humaines de la Mobilière