< 1 min
Alex Valsecchi est directeur général de MOVEment Systems SA. Il est inspiré par le concept «elastic-living» depuis quelques années.

Movement Systems

L’habitat de demain: une fonctionnalité parfaite dans un espace restreint

Il suffit d’un canapé, d’une table entourée de chaises et de quelques accessoires pour aménager un appartement d’une pièce équipé du nouveau système MOVEment. Ce concept astucieux a été développé par l’entreprise suisse Halter SA, active dans la construction et les prestations immobilières.

Depuis l’automne dernier, le concept développé en deux ans, porte un premier nom: «The Jay» – un ancien bâtiment d’un réassureur suisse à Adliswil (ZH) qui comprend 96 appartements, dont 41 sont équipés du système MOVEment. Ces appartements d’une pièce partiellement meublés, qui font entre 32 et 40 m2, disposent de modules coulissants: un lit, une armoire et, pour le modèle «Senior», un bureau. Il suffit d’ajouter quelques touches personnelles pour emménager dans le nouvel appar-tement – à des prix tout à fait abordables malgré la proximité avec le centre-ville de Zurich.

Habitat en mouvement

Les jeunes générations sont plus mobiles, plus urbaines, préfèrent la durabilité et utilisent les objets plutôt que les posséder. Alex Valsecchi s’est inspiré il y a quelques années de ces tendances et du concept «elastic-living» de l’architecte autrichien Angelo Roventa. Il a ainsi développé un concept d’ameublement partiel pouvant coulisser sur simple pression d’un bouton et qui répond à chaque situation de vie – -habiter, dormir ou manger. «Personne n’a le don d’ubiquité», affirme Alex Valsecchi, directeur de MOVEment Systems SA, société affiliée de Halter SA.

Fonctionnel et sans compromis

Cette nouvelle forme d’habitat, qui s’adresse avant tout aux célibataires, couples, néo–célibataires et nomades modernes est visible dans l’appartement témoin à Adliswil. La visite de l’appartement de 38 m² «Senior MOVEment» est rapide: une salle d’eau côté couloir, une cuisine totalement équipée du côté de la façade entièrement vitrée et entre les deux, trois modules qui coulissent 
sur simple pression d’un bouton. L’espace de rangement à disposition sur les modules de deux mètres de haut environ est impres-sionant. Le locataire n’a plus qu’à ajouter à sa guise un canapé, une table, un bureau, 
un écran plat et quelques éléments déco-ratifs. «Déménager est un vrai jeu -d’enfant», ajoute en souriant Alex Valsecchi. Cette forme d’habitat inhabituelle s’adresse avant tout aux jeunes générations, qui emménagent pour la première fois ou qui souhaitent être géographiquement indépendants sur le plan professionnel. «La plus–value est la fonctionnalité parfaite d’un 2½ pièces sur un espace restreint et une grande salle d’eau.»

Prix attrayant

Le groupe-cible apprécie aussi l’emplacement central, les espaces pouvant être utilisés de manière optimale et la mobilité à un prix -raisonnable. L’appartement MOVEment visité à Adliswil est proposé en location pour 1400 francs (charges comprises). Cela correspond à un prix de 380 francs le mètre carré, ce qui est certes 20 % plus cher que la moyenne, mais justifié par l’ameublement partiel. En comparaison avec les loyers en ville ou à proximité (jusqu’à 850 francs le m²), les coûts plus élevés de ce nouvel habitat sont toutefois vite relativisés. Autres atouts: proximité des transports publics et du réseau routier et offre de prestations complète pour les besoins quotidiens. Les 41 nouveaux appartements dans l’ancien immeuble administratif étaient loués à 95 % avant même l’arrivée des locataires début octobre. La durée de bail minimum est de 12 mois. Un prestataire externe de solutions de logement à court terme a réservé plusieurs appartements MOVEment qu’il compte louer aussi pour des séjours de plus courte durée.

Demande par QR code

Avant de commander les premiers prototypes, Halter SA avait procédé à des sondages détaillés pour évaluer les chances de succès d’une telle forme d’habitation: des investisseurs pourraient-ils être intéressés? La technologie est-elle au point et existe-t-il assez de locataires potentiels? Les réponses à ces questions ont confirmé les hypothèses de l’entreprise et les nouveaux besoins en matière de logement, notamment des jeunes générations. Les premiers avis sur l’immeuble «The Jay» à Adliswil ont été globalement positifs et encourageants, affirme Alex Valsecchi. Il n’y a pour l’instant pas eu de dérangements techniques. Une unité d’habitation avec des modules coulissants n’est certes pas encore assimilable à un logement intelligent. «La plupart des locataires sont cependant ouverts aux questions technologiques.» En cas de question ou de problème, il est possible de prendre contact avec le prestataire en scannant un QR code. Ces logements conviennent plutôt aux gens ordrés. Un objet qui traîne au sol peut en effet bloquer un module jusqu’à ce qu’il soit rangé. A l’inverse, le nettoyage est aussi simple que l’emménagement. Les locataires disposent dans les combles d’une pièce commune et d’une terrasse. Halter SA croit fermement au succès de telles formes d’habitation, ce qui se traduit par le nombre de nouveaux projets lancés. Deux autres bâtiments sont ainsi en construction, un à Bâle avec 35 logements et un à Sion avec 41 logements. D’ici 2024, MOVEment Systems SA souhaite réaliser une vingtaine de projets de ce genre, soit 200 à 250 systèmes par année.

move-ment.ch

Des appartements partiellement meublés avec des modules coulissants. Un nouvel espace de vie est prêt à être occupé sur simple pression d’un bouton.