4 min
Les cartes bancaires, un support sécurisé et innovant
Des passagers contrôlés par les solutions biométriques d’IDEMIA

IDEMIA Switzerland AG

«Il n’y a que vous qui êtes vous!»

La technologie bouleverse nos comportements et nos habitudes: les cartes bancaires lisent nos empreintes tandis que des systèmes de reconnaissance faciale installés sur nos smartphones valident nos achats en ligne. Bienvenue dans le monde de l’Identité Augmentée, racontée par Pierre Alain Bauer, directeur d’IDEMIA en Suisse.

IDEMIA est née en mai 2017 de la fusion d’Oberthur Technologies – entreprise française spécialisée dans les services «monétiques» – et de Morpho – société française également, qui était quant à elle leader mondial dans «l’identification numérique». Cette entreprise internationale compte aujourd’hui plus de 13 000 collaborateurs, a déployé quelques 5 millions de terminaux biométriques dans le monde entier, délivré 3 milliards de documents d’identité et a produit, en 2018, 800 millions de cartes de paiements.

Clients helvètes: les banques

En Suisse, le marché principal pour IDEMIA est à trouver du côté des banques. «Une transformation radicale touche tout le secteur, de la banque de détail aux services bancaires en ligne. Les institutions financières sont en quête de nouveaux canaux pour maintenir et renforcer leurs relations clients. Des acteurs comme Samsung Pay ou Apple Pay – auxquels nous livrons nos solutions digitales – illustrent les nouvelles tendances. Mais la carte bancaire reste un support sécurisé, innovant et représente un marché de niche en pleine expansion», commence Pierre Alain Bauer, directeur pour IDEMIA en Suisse, joignant son propos à la présentation de nombreuses cartes bancaires, alignées sur la table par degré de sophistication. Dans son centre à Vitré, en France, sont développées des innovations telles que le changement dynamique du cryptogramme visuel (le code CVV) ou l’implantation de la reconnaissance d’empreinte dans les 0,8 millimètre d’épaisseur d’une carte. IDEMIA fabrique également, sur mesure et en petite série, des cartes adaptées à chacun de ses clients: en céramique, métalliques, ciselées ou serties de pierres précieuses. «Condensée dans les puces camouflées au cœur des cartes, notre technologie est en constante évolution pour relever les défis innombrables posés par la sécurisation des données personnelles», explique Pierre Alain Bauer. C’est là qu’intervient le deuxième grand pilier de l’activité commerciale de l’entreprise internationale, contenu dans son nom avec ID, pour identité et MI pour me ou moi: l’identification.

Identité Augmentée

Nous pouvons aujourd’hui, du bout de nos doigts, prouver notre identité, effectuer un transfert monétaire, utiliser les transports en commun, acheter en ligne, commander un taxi. Nous passons d’une économie de la possession à une économie de service, des documents physiques aux documents électroniques et d’une relation en face-à-face à un rapport digital. «Autant d’évolutions qui accroissent les échanges et impliquent une modification profonde des secteurs, des acteurs, des enjeux et des menaces. Dans ce monde digitalisé, l’information voyage rapidement, se joue des frontières et rompt avec les codes traditionnels de la sécurité», analyse Pierre Alain Bauer. La promesse d’IDEMIA? «Vous seuls pouvez être vous!» Comment tenir cette dernière? «Nous fondons nos innovations sur la vérification la plus naturelle et authentique qui soit: les données biométriques – empreintes digitales, reconnaissance faciale ou reconnaissance des iris. Un simple selfie ou une lecture d’empreintes, reliés à nos terminaux, deviennent des outils très puissants d’identification.»

Les aéroports s’intéressent particulièrement aux solutions proposées par IDEMIA, afin de faciliter et fluidifier le parcours des voyageurs. «A l’échelle mondiale, l’année dernière plusieurs dizaines de millions de passagers ont été contrôlés avec nos solutions biométriques.» IDEMIA fournit également des systèmes de gestion de l’identité numérique aux gouvernements et aux organisations publiques et privées. Les frontières étasuniennes en sont déjà équipées et le royaume du Maroc vient de mandater la société pour la mise en place d’une plateforme d’identité numérique sécurisée. Les futurs proches lointains imaginés par l’entreprise ainsi que les potentielles utilisations des technologies qu’elle propose – à visualiser sur son site en ligne – soulèvent de nombreuses questions de réglementation et d’éthique. «Notre métier consiste à livrer les systèmes qui assurent le respect de la vie privée et garantissent que l’ensemble des transactions soient sécurisées, authentifiées et vérifiables. Nous travaillons dans le respect le plus stricte des cadres législatifs posés par les États pour protéger les accès aux données des citoyens et citoyennes», conclut Pierre Alain Bauer.

Pierre Alain Bauer, directeur d’IDEMIA en Suisse

Pierre Alain Bauer, directeur d’IDEMIA en Suisse