4 min

COOPLE SA

Des employés flexibles à fort potentiel

Près de 400 000 salariés en Suisse et à Londres sont inscrits chez Coople. Ils sont flexibles et prêts à travailler en un ou deux jours. Ils ne cherchent pas l’emploi de leur vie. Quelque 15 000 entreprises, dont des géants comme Migros et Swissport à l’aéroport de Zurich, font régulièrement appel à leurs services. Un modèle porteur qui offre de belles perspectives d’avenir.

Coople a emménagé dans de nouveaux locaux confortables de 1400 m² à l’Albisriederstrasse 253 à Zurich. Les postes de travail sont disposés autour d’un grand bar à café. Des rideaux sur toute la hauteur de la pièce séparent les zones de travail de manière variée. Des lampadaires surdimensionnés permettent de moduler l’éclairage avec les isolations phoniques. Il y a des salles de réunion, des salles de workshop, des tables de projet et des zones de détente. La hauteur de la pièce (5,70 mètres) donne un sentiment d’espace et a permis d’aménager des étages intermédiaires et des escaliers. En bref: un intérieur très cool.

Personne n’a de place de travail fi xe, pas même le fondateur Viktor Calabrò. Coople, la plus grande plateforme d’emplois à la demande au monde, met en relation employeurs et employés qui ne cherchent pas une collaboration sur le long terme. Les postes vacants trouvent ici preneur en quelques heures seulement. Une fois inscrits, les demandeurs d’emploi et les employeurs sont mis en relation d’un simple clic. Coople s’occupe de tout le reste: examen des CV et certificats, paiement des salaires et processus comptables, contrats de travail, assurances sociales, respect du salaire minimum et des horaires de travail.

Une manière astucieuse pour surmonter les pics de travail

«Les entreprises travaillent avec nous pour différentes raisons», explique Viktor Calabrò, fondateur de Coople. Elles doivent couvrir des pics de travail, mais n’ont pas les ressources et les capacités nécessaires. Par exemple quand le stade du Letzigrund a besoin de 200 personnes de plus que d’habitude pour le concert d’Ed Sheeran, ou quand Globus augmente son personnel lors de la période de Noël. Coople permet aussi de couvrir les besoins de maind’oeuvre fluctuant selon la météo, de trouver rapidement une solution lorsque des employés sont malades et que le travail ne peut pas être reporté.

«Et puis nous avons aussi des partenariats stratégiques, par exemple avec des prestataires d’assistance en escale à l’aéroport », explique Calabrò. Les sociétés de services pour les compagnies aériennes et les aéroports ne doivent pas seulement faire face à de fortes fluctuations journalières au checkin. «Cela rend la planification du personnel très difficile.» Ces fluctuations sont également difficilement conciliables avec le travail temporaire traditionnel. C’est ici qu’interviennent les employés flexibles dont personne ne s’était soucié jusqu’à présent.

Flexibles de plein gré

Il peut s’agir de parents qui doivent concilier travail et vie de famille, de jeunes entrepreneurs qui s’intéressent à de nouveaux modèles d’affaires, d’étudiants, de retraités, de travailleurs indépendants, de femmes qui réintègrent le marché du travail – bref, de tous ceux qui évoluent librement et avec souplesse sur le marché du travail. «Et ils choisissent volontairement ce mode de travail», souligne Viktor Calabrò, pour couper le vent aux critiques. L’économie de plateforme favoriserait l’exploitation des travailleurs. On parle aussi de travailleurs journaliers numériques qui n’ont droit aux honneurs que lorsque les entreprises ont besoin d’eux.

Viktor Calabrò parle de son côté d’une nouvelle génération de travailleurs qui organisent leur travail dans un quotidien riche et varié. Ce n’est pas le travail qui dicte leur vie. C’est plutôt l’inverse. Cette communauté en pleine croissance fait partie de la «gigeconomy». Il s’agit de travailleurs qui passent d’un emploi à l’autre, à l’instar de musiciens qui enchaînent les concerts rémunérés (en anglais: gig).

Le droit du travail est encore en retard dans ce domaine. La législation doit être repensée afin que les modèles de travail flexibles soient reconnus comme équivalents. «Il est difficile de trouver un logement ou un financement sans un emploi fixe.»

Bien préparés pour l’avenir

«Mais ce n’est pas parce que ces gens sont flexibles qu’ils ne sont pas fiables, qu’il sont financièrement instables ou qu’ils sont de plus mauvais travailleurs», souligne l’innovant fondateur. Il encourage aussi les PME à tester le recours à des travailleurs flexibles à l’occasion d’un événement, d’un déménagement ou d’une action marketing. Cela permet aussi de se faire une idée de la direction que prendra le monde du travail de demain.

Viktor Calabrò a fondé son entreprise il y a dix ans et est passé du statut d’outsider à celui de pionnier des modèles de temps de travail flexible. Il a été souvent copié et récompensé par de nombreux prix dédiés aux start-ups. L’entreprise a de l’avenir et souhaite conquérir le monde. «Nous avons le potentiel pour devenir un acteur mondial. Mais même la Suisse, avec son marché de huit milliards, est loin d’être épuisée.»

A propos de Coople

Coople est la plus grande plateforme d’emplois à la demande au monde. La société emploie environ 180 collaborateurs à Zurich, Londres et Minsk, où travaille une équipe de développement. Coople offre ses services de placement en ligne à plus de 15 000 entreprises et 400 000 employés inscrits en Suisse et en Grande-Bretagne.

«Nous devons être 30 à 40 fois plus efficaces qu’un acteur traditionnel pour atteindre la même rentabilité. Pour y arriver, nous pouvons compter
sur la technologie et
l’innovation.»

Viktor Calabrò, fondateur et membre du Conseil d’administration de Coople